Quand tu penses que ta vie, c’est le bordel… +EDIT

EDIT: Du fond du coeur MERCI pour vos nombreux mots, sur le blog ou par mail. MERCI, infiniment. Pour l’instant, je ne pars pas très loin. Pour l’instant, la vie est imprévisible… Des millions de bisous.

Naaaan, la vie est pleine de ressources. Crois moi, la vie te réserve plein des surprises. Et Wtf, qu’est-ce qu’on se marre. Patrick Sébastien (« Pouet pouet » en axillaire) n’a qu’à bien se tenir.  Y’a le bordel dit « matériel », tes affaires dans tous les sens, mon appart c’est le souk de marrakech (les danseuses du ventre en moins)(quoi que, quand le Geek s’y met avec le regard langoureux la ressemblance devient frappante), mais c’est surtout MA VIE qui est la définition même du bordel (et oui, il y aura souvent le mot « bordel » dans ce post)(bordel de bordel)(et aussi des « merde »)(merde). Alors voilà, en théorie, ma vie est réglée comme une montre suisse (mais pas mes cycles). Manque plus que des dents étincelantes et des cheveux soyeux.

En théorie, je suis en PMA. D’où cette ouverture de Blog. Bon depuis y’a eu pas mal de brodages de conneries, mais bon tu es habituée Lectrice-capable-de-tout-entendre. C’est pas toi qui va me jeter la pierre, hein, entre les chaînes et le concours du homard récent. Et puis au fur et à mesure je vous parle de ma vie. Alors tant qu’à lâcher les brides, allons-y franco. Ah, au fait, dis donc, ça se reproduit apparemment sur la blogo. Bravo à toutes, Miliette, Marivalou, Leeloo, Pauline, Molkette et je dois en oublier… Mais plus j’y pense (il va y avoir de la mauvaise foi), les gamins, c’est la plaie. Ca sent le fumier, et ça te sourit. Je les vois, moi, les mères épuisées, affairées de cernes, de couches et de vergetures. Punaise, elles en chient, mais grave. Nan, c’est tout rose ces petites bestioles mais c’est un leurre.

Bref, il y a quelques semaines, y’a eu une soirée. Je me suis transformée en dépravée. J’ai honte. On devait signer le compromis du futur appartement le mercredi suivant, et lancer le protocole provames le vendredi suivant. Et puis y’a eu cette soirée . Erreur d’y être allés. Ou providence. J’aurais dû tenter une soirée chips devant danse avec les stars. Une, deux, trois flûtes de Moët et Chandon ont eu raison de moi, je ne coûte pas cher en alcool. 2 Verres et de je ris comme une dinde. J’ai bu, j’ai fumé, j’ai fait n’importe quoi. Le Geek était là, donc pas complètement n’importe quoi non plus, j’ai quelques limites. Et puis y’a eu les 2, là. Tu sais, le genre de mecs un peu pervers, qui ont des tableaux excel du nombre de nénettes qu’ils se sont tapés. Non, j’ai pas couché, je te vois venir. Mais voilà, insidieusement, ils m’ont retourné le cerveau (à défaut du reste). Ils ont parlementé, m’ont resservie à boire, m’ont posé des questions sur mon couple, des questions que je ne posais pas. Que je ne voulais pas me poser. L’admiration de l’autre, si la vie te demande « des efforts » à ses côtés. Enfin que du bullshit que j’aurais envoyé valser en pleine lumière du jour , mais qui m’ont fait réfléchir. Au final, je me suis dit que c’était un juste retour du boomerang qui te revient en pleine gueule, parce que je passe mes journées à poser ces genre de questions aux hommes et femmes sur le départ dans leurs couples. Ils étaient insistants, je crois ont tenté un truc entre 2 cocktails dans la boite. En tous cas, moi avec cerveau embrumé et eux avec leurs mains un peu partout, je crois qu’ils ont fini par atterrir là où il fallait pas. C’est ce qu’on m’a dit après. Le Geek me regardait m’agiter, sans bouger, dans une indifférence totale. Puis à un moment donné, m’a embarquée sous le coude, presque sur le dos. M’a foutue sous la douche, puis dans le lit et a refermé la porte. Cette soirée aussi absurde qu’elle ait été m’a fait réfléchir. J’avais à nouveau 18 ans et la vie me paraissait absurde. Tu vas te dire qu’il suffit de 2 blaireaux un peu lourds lors d’une soirée, et d’une « connaissance », le mec un peu insistant et flatteur pour remettre mes choix en question et que je suis d’un superficiel inégalé. C’est ce que je me suis dit, 48h. Je crois que le malaise est bien plus profond, avec un espoir irraisonné de bébé médicament qui recimenterait mon couple.  Je crois que notre couple tient par ce projet de bébé. Par ce projet immobilier, par n’importe quel projet ou par une difficulté. Et quand plus rien ne nous tient, on ne se retrouve pas. Que notre couple est repêché par l’adversité. On s’essouffle, et notre amour s’essouffle. Je suis bien avec mon Geek, je n’ai aucune raison de le quitter, mais je n’ai aucune envie de rester. La flamme s’éteint, insidieusement, et là, c’est limpide. Pourtant, je le vois bien comme père de mes enfants. C’est un compagnon formidable et ça me rend malade d’imaginer que mon départ est inévitable, à court ou moyen terme. J’ai été à 2 doigts de tirer un trait sur le compromis d’achat de l’appart. Mais un appartement, ça se revend, alors j’ai signé. Le bébé, même sur le boncoin, c’est plus dur. Donc j’ai annulé la FIV. Jusqu’à nouvel ordre. Je vois tous les jours des femmes enceintes, des amies sur le point de mettre bas. Et je m’en fous. Pire, je ne les envie pas, j’en ai même les jetons d’imaginer que je pourrais être à leur place si un des protocoles avait marché. Là, tout de suite, je n’en veux plus, je n’ai pas envie de prendre le « risque » que ça marche et je n’ai jamais été aussi sûre de moi. C’est hallucinant d’écrire cela, après tous ces protocoles et cette abnégation. Peut être que la PMA m’a traumatisée, résignée, convaincue que ce n’était pas pour moi. Mais la PMA m’a aussi amenée à me poser des questions. La vie a décidé clairement de me faire chier, en me mettant systématiquement du mauvais côté des statistiques. Un couple sur 2 se sépare, toussa.

Chères Pmettes, c’est là que je vous dis « Bon vent et bon courage ». Je pars faire le point, sur ma vie, sur mon couple, sur ma future (non?) maternité. Sans vraie tristesse. Je continuerai probablement à vous lire et commenter en sous-marin de temps en temps. Vous êtes tous et toutes formidables, j’ai fait des superbes rencontres. Je vous remercie encore mille fois du fond du coeur pour tout, pour votre soutien inégalable dans ces moments difficiles.

Je souhaite du fond du cœur à tous que vous soyez heureuses et heureux.

Et que pour tous, des petits êtres tout roses viennent être se greffer à vos vies.

Je vous embrasse fort,

Choubakette

Publicités

28 réflexions au sujet de « Quand tu penses que ta vie, c’est le bordel… +EDIT »

  1. Fiou ben même avec le titre qui annonçait la couleur je m’attendais pas à ça. Et j’en suis vraiment désolée car se rendre compte de tout ça doit être bien douloureux. Alors j’espère que quoi qu’il se passe demain dans ta vie, tu pars pas trop loin qu’on puisse continuer à te soutenir ?

    J'aime

  2. Han Choubakette, je m’attendais pas à tout ça. TU prends les bonnes décisions, parfois il faut se poser et répondre à certaines questions avant de continuer d’avancer. Mais la PMA nous fragilise, c’est sans doute pour ça que ce que ces 2 lourdeaux t’ont dit t’a autant touchée. Prenez du temps pour vous retrouver et pour exister hors PMA. Et reviens nous vite. En attendant, si tu as besoin, tu connais mon mail… Des bisous à toi

    J'aime

  3. En lisant le début, j’ai eu envie de commenter direct: « ils sont cons ses dragueurs de soirée, bien sûr que la vie à deux demande des efforts! »… et puis j’ai lu la suite.
    Tes réflexions sont incroyablement mures.
    Je te souhaite de trouver les réponses et pourquoi pas les solutions.
    Plein de bisous.

    J'aime

  4. Oh la la choubakette je suis toute retournée… Mais visiblement tu as eu un déclic, déclic que l’on ne peut ni comprendre ni juger. Quelle que soit te décision, avec ou sans le geek, avec ou sans bébé tu pourras toujours compter sur moi… Tu donneras des nouvelles dis? 😢 je te fais plein de bisous et bravo bravo pour ce courage. ❤️ a partir d’aujourd’hui, la soumission a la douleur liée aux caprices de DNLP c’est game over… Prends soin de toi 😘

    J'aime

  5. Oulala. Très rude tout ça. C’est sûr que le désir d’enfant, la PMA, ça fait un « point commun », un projet à mener ensemble; après, ça ne doit pas être le seul mais bon, ça fini par prendre tellement de place, qu’on en oublie le reste.
    Ca me semble très courageux de ta part de faire une pause maintenant, les questions sont posées, reste à prendre ton temps, réfléchir, profiter un peu (voir beaucoup) de la vie, et puis voir où ça vous mène.

    (En stage de gynéco, j’avais vu une patiente pour IVG, grossesse obtenue suite à la PMA, au bout de je-sais-plus-combien-d’années. Les réflexions des médecins et autres soignants avaient été odieuses, moi j’avais surtout trouvé cette patiente très triste, elle avait sûrement de bonnes raisons et ça n’avait pas du être facile comme choix. Bref, pas grand chose à voir avec ton post, mais je pense que c’est mieux de se poser ce genre de question avant, qu’après….)

    Bises

    Aimé par 1 personne

  6. J’avais pas vu ton post avant de répondre à ton mail, je comprends bien mieux maintenant où tu en es et comment tu en es arrivée là. J’ai traversé à deux reprises des périodes où je remettais en question tout ce qui semblait stable et évident, et où je ne voyais Choubidou plus que comme un compagnon agréable, sans retrouver la flamme qui avait pu m’animer et me donner envie de passer la vie avec lui, voire en étant attirée par d’autres personnes. Ces périodes ont été pour moi transitoires, ont duré quelques mois, mais je ressentais exactement ce que tu pouvais décrire, le couple maintenu par des projets cicatrisants, sans la flamme, et la routine qui nous détruisait. De mon expérience, ces grosses crises étaient heureusement passagères, associées à des périodes de transition de ma vie (début de l’internat par exemple) et je souhaite de tout coeur que vous vous retrouviez, même si ça peut te sembler impossible pour le moment.
    Et si réellement c’est la fin, j’espère que tu trouveras l’épanouissement en prenant ce grand virage dans ta vie, et en passant à une nouvelle étape, pleine de surprises et de bonheur. Seule toi peux savoir ce qui est le mieux pour toi. J’espère que tu nous donneras des nouvelles, la blogo pma peut parler d’autre chose que de pma, si si!
    Plein de bises ma jolie

    Aimé par 1 personne

  7. J’imagine qu’il ne t’a pas été facile d’écrire tout ça.
    J’espère que faire ce point te permettra avant tout de te retrouver toi, de te reconnecter avec ta vie. Je comprends tout à fait ce besoin de s’éloigner de la PMA. Si tu as besoin tu sais où nous « trouver », hésite pas.
    Je te fais de gros bisous Choubakette

    J'aime

  8. Euh…. Wait… Tu te poses, tu réfléchis mais pas trop (y’a jamais des solutions à tout en un claquement doigt)… Et faire la parte des choses entre ce que la pma bousille à jamais, ce que la pma accélère, et ce que la pma renforce, c’est pas simple. Prends bien soin de toi, et beaucoup de courage à tous les deux. Des bises

    J'aime

  9. J’aurais plein de choses à te dire, mais peut-être pas ici, et ailleurs oserais-je alors que tu souhaites te retrouver avec toi ?
    Sache en tous cas que « je suis là ». Pour l’infertilite mais aussi tout le reste.
    Plein plein de bisous

    J'aime

  10. Et bien. Je te souhaite de trouver des réponses à tes questions, des solutions â tes problèmes, mais également du repos dans ton cerveau. Prends le temps pour tout ça. J’espère quand même que tu ne pars pas trop loin, parce que j’ai envie d’avoir de tes nouvelles moi…
    Tu sais que tu peux continuer à parler de ce que tu veux sur ton blog, pas forcément de la pma. Ça fait du bien aussi de poser des mots sur tout ça et nous on est là pour t’écouter, que ça parle ou non de pma. Bref, on est là.
    Bises

    J'aime

  11. Réflexions si difficiles… La pma est une épreuve pour le couple. Mais au delà, la « vie normale » peut aussi remettre en question la relation. Prend du recul. Prend le temps pour tout ça.
    Bon courage à toi, à vous’ et peut être à très bientôt. 😚

    J'aime

  12. Et bien tout ça n’est pas facile, je pense que la pma accélère certaines choses parfois. L’essentiel est de s’assurer que ton mal être n’est pas passager mais structurel, et que tu dois t’épanouir sans lui. Fais le point avant de prendre une décision radicale, en tout cas, je t’envoie plein de courage. Bises.

    J'aime

  13. Prends le temps qui faut, reflexionne mais pas trop non plus, vis ta vie. Prends du plaisir. Les interrogations du couple, je pense qu’il est impossible de ne pas les vivre au cours du temps qui passe, PMA or not PMA. Prends bien soin de toi, et n’hésite pas à revenir pour parler de choses et d’autres, de ce qui te tient à cœur.
    Plein de bisous, plein de courage.

    J'aime

  14. Je suis triste de te lire ainsi mais tu te poses des questions avant d avancer vers des chemins ou tu ne pourras plus faire demi tour . Comme miss kangourou j’ai eu des périodes aussi de qq. mois pendant des périodes de changement …. ou je remettais en questions mon couple et mon amour … Qui sont passés … Mais ton choix est le tien et toi seule en connaît les raisons . Le principal c’est que tu sois heureuse . Donne de tes news

    Gros bisous pour la suite

    J'aime

  15. Je t’ai lue ce matin au réveil. Et j’ai eu les larmes aux yeux… Je prends maintenant le temps de t’écrire, mais pour dire quoi? Te dire que je suis triste de ne pas t’avoir écrit ces derniers temps alors que je n’arrêtais pas de penser à toi… Te dire que je comprends chaque mot que tu as écrit et que je te trouve drôlement courageuse !! Je te souhaite vraiment le plus grand des bonheurs ma Choubie, quelque soit le chemin… ❤ ❤ ❤

    J'aime

  16. Choubakette, je n’aurai pas les mots pour t’apaiser, mais je trouve tes questions légitimes. Il est très difficle de remettre en question les projets qui nous tiennent à cœur, et toi tu fais preuve d’une belle lucidité. Prends le temps qu’il te faut pour savoir où tu vas. Sache que si tu as besoin (pma ou non), je suis là, sur le blog ou pas mail (koalaenpma chez gmail).
    Bisous ma belle.

    J'aime

  17. Décision difficile et courageuse d’arrêter la pma quand on pense que le bébé doit être un médicament pour soi ou son couple. Beaucoup de séparation après une naissance autour de nous montrent que rien n’est simple, avec ou sans pma. On se connaît peu, mais on te souhaite plein de belles choses sur la suite de ton chemin…

    J'aime

  18. Bravo pour cette avancé. Il fallait des couilles pour le dire, pour oser le penser, pour le confirmer. C’est moi qui te dis « bon vent » Chouba, tu vas voguer certainement vers d’autres horizons, peux importe surtout prends ton temps. Parfois ça va pas, on est sur de soi et finalement c’était un pétale de cable. Prends ton temps par pitié ! Je t’embrasse bien fort, suis bien triste malgré tout de cet éloignement, et reste « porte ouverte » au cas ou…… des bises

    J'aime

  19. salut chouba !
    pas eu trop le tps de passer et aujourd’hui j’ai pensé à toi (journée de merde merde merde avec un ACR en direct live et mon massage cardiaque seule pdt 20 min puis le samu n’a pas été efficace…bref) donc je me dis « tiens, je vais lui faire un coucou et lui raconter ma journée de marde »… et bien non…
    tu me rappelles quelqu’un, des doutes, puis un renouveau… je t’envoie un mail car je ne pourrais pas te parler de ça ici, c’est trop perso…
    je t’embrasse fort

    J'aime

  20. Je déserte la blogo quelques semaines et encore une fois je ne suis pas là quand tu as besoin de soutien…
    J’espère que tu vas bien. Je peux comprendre ta décision. J’espère que tu redonneras de tes news.
    Je ne sais en fait pas trop quoi dire si ce n’est que je te souhaite plein de bonnes choses
    Je t’embrasse

    J'aime

  21. un couple sur deux se sépare… ça veut dire qu’un couple sur deux tient, c’est quand même beau !
    les couples qui tiennent dans la joie connaissent eux aussi leurs épreuves, leurs témoignages parlent souvent de la force du pardon.
    je vous invite de tout coeur à prendre le temps en couple de regarder tous ces non-dits, toutes ces blessures qu’on a tous, qui viennent souvent de l’enfance mais aussi des petites blessures non guéries de l’autre conjoint, et petit à petit, de les guérir ensemble.
    car s’aimer toute la vie, c’est possible, c’est beau … et ça demande bien sûr des efforts
    bon courage
    je ne te connais pas mais pense à toi et tu as mon soutien

    J'aime

Vas-y, lâche toi

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s